que sait-on sur lui et pourquoi il inquiète la France ?

Alors que la France fait face à une cinquième vague de coronavirus, avec plus de 50 000 nouveaux cas détectés ces derniers jours, et que le spectre de la variante Omicron est plus présent que jamais, voici que la variante congolaise fait son apparition. Si on connaissait déjà son existence, les autorités sanitaires viennent d’en parler et indiquent qu’elles la surveillent de près.

Qu’est-ce que l’ont sait à propos de lui?

Baptisé B.1.640, ce variant a été détecté pour la première fois en France il y a plus d’un mois. une un homme vivant en Bretagne et de retour du Congo avait été testé positif, puis il a infecté le reste de sa famille lors d’une fête. Le ministre de la Santé Olivier Véran en a ensuite parlé : “Je ne dis pas que pour s’inquiéter, rien n’indique que cette variante est particulièrement dangereuse, mais pour souligner que notre capacité à suivre les variantes est très forte.”

Ce dimanche 5 décembre 2021, c’est Bruno Lina, virologue et membre du conseil scientifique, qui en a parlé à Lyon et Journal du dimanche. Il a indiqué que cette variante était ” surveillé de près ” et qu’il “se répand et circule en même temps que le Delta “. La France est ailleurs “le pays qui rapporte le plus”, il ajoute. Rien de très rassurant ?

“Il porte beaucoup de mutations”

Il faut savoir que l’Organisation mondiale de la santé ne le juge pas comme pour l’instant “inquiétant”, tout comme Omicron. Cela ne l’empêche pas d’être regardé par le monde entier. Notamment par la France donc, qui a dénombré plus d’une cinquantaine de cas de cette variante.

Des détails sur la variante B.1.640 ? Bruno Lina en apporte : Il porte beaucoup de mutations, sans atteindre le nombre record d’Omicron, et il a également un potentiel de transmission important. Nos confrères européens nous demandent régulièrement des informations à ce sujet. L’Institut Pasteur, qui effectue des tests de laboratoire sur ce virus, rendra ses résultats publics prochainement. Nous espérons qu’ils seront rassurants. Nous aussi.

Pour ne rater aucune de nos actualités, Abonnez-vous à notre newsletter !

Source link