ce jour où Alexia, enceinte, a fait une fausse couche

C’est une tragédie dont les habitants de Gray-la-Ville se souviendront longtemps. Le 28 octobre 2017, un curieux cas de disparition, survenu dans la commune, a défrayé la chronique en France. Alexia Daval, un employé de banque de 29 ans, disparu sans laisser de trace. Son mari, Jonathann, s’avance alors que la jeune femme est partie faire du jogging, mais n’est jamais retournée dans la maison familiale. Les enquêtes commencent alors.

Affaire Daval : les recherches commencent

Deux jours plus tard, Alexia Daval n’a toujours pas donné signe de vie. Un beat est donc organisé dans les bois d’Esmoulins. Malheureusement, la recherche touche rapidement à sa fin. En effet, le corps d’Alexia a été retrouvé carbonisé sous des branches. Une information judiciaire pour homicide est immédiatement ouverte.

Si les enquêteurs ont étudié plusieurs pistes, les soupçons se tournent rapidement vers Jonathann Daval. Ce dernier avoue enfin le meurtre de sa femme le 30 janvier 2018. Un aveu qui a particulièrement choqué Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, les parents de la victime. Ces derniers ont aussi partagé leurs maux dans un ouvrage intitulé Alexia, notre fille, publié le 28 octobre 2021 aux éditions Robert Laffont.

Alexia Daval : quand la jeune femme a traversé le calvaire de la fausse couche

D’après les confidences des parents d’Alexia Daval, l’ambition de la jeune femme était de donner naissance à un enfant avant de mourir sous les coups de son mari. Malheureusement, “la présence de kystes dans les ovaires l’a empêchée de tomber enceinte”, tel que rapporté parGala. Alexia a donc dû suivre un traitement, et subir une intervention chirurgicale pour espérer donner la vie. Enfin, la jeune femme pourrait “avoir un enfant avec Jonathann, comme elle l’avait toujours voulu”, affirment Isabelle et Jean-Pierre Fouillot dans leur livre.

Un jour, la nouvelle tombe. “Je suis enceinte ! J’ai un bébé “, dit Alexia. Malheureusement, la joie de la jeune femme n’a pas duré très longtemps. En effet, quelques semaines plus tard, elle est particulièrement dévastée qu’elle appelle sa mère.Alexia m’a appelé au bar pour me dire qu’elle venait de faire une fausse couche. Elle ne pleurait pas, mais je pouvais dire qu’elle était triste “, mentionnéIsabelle Fouillot. Un souvenir très douloureux qu’elle n’oubliera pas de sitôt.

Pour ne rater aucune de nos actualités, Abonnez-vous à notre newsletter !

Source link