Prime de Noël, chèque énergie, indemnité… Voici ce qui change le 1er décembre

Ce mois de décembre est synonyme de gros changements pour le budget des Français. Dès le 1er, les contribuables pourront recevoir plusieurs bonus avant la fin de l’année, notamment l’indemnité d’inflation de 100 euros, le chèque énergie ou la prime de Noël. Une bonne nouvelle accompagnée d’une nouvelle concernant la dose de rappel.

5,8 millions d’habitants concernés par le chèque énergie

Jean Castex a tenu sa promesse. Plus de 5 millions de foyers modestes pourront bénéficier d’un chèque énergie pour financer la hausse des prixélectricité, fioul et gaz. 100 euros seront donc offerts aux ménages éligibles, sans que ces derniers n’aient à intervenir. Cette aide leur parviendra entre le 13 et le 22 décembre.

Indemnité d’inflation de 100 euros distribuée

Autre aide gouvernementale, celle de la compensation de l’inflation suite à la hausse du prix du carburant. Un temps refusé par le Sénat, la prime de 100 euros sera versée à tous les Français dont le salaire est inférieur à 2000 euros net par mois. Des aides qui arriveront « automatiquement » via les entreprises des salariés. La prime sera donc versée en décembre, cependant pour les fonctionnaires et les retraités il faudra attendre 2022.

Une prime de Noël pour les bénéficiaires des minima sociaux

A l’approche des fêtes de fin d’année, une prime de Noël est prévue. Celui-ci sera distribué aux bénéficiaires des minima sociaux à partir de la mi-décembre. Pour une personne seule le montant est de 152,45 €, pour un couple ou un parent 228,67 € et pour un couple et un enfant 274,41 € seront payés. 60 euros supplémentaires seront ajoutés pour chaque enfant d’une famille nombreuse.

L’assurance-chômage rétablie

Après de vives discussions, l’assurance-chômage a été mise en place. Ainsi, pour percevoir ses droits au chômage, il faudra avoir travaillé 6 mois minimum, contre 4 mois auparavant au cours des 24 derniers mois (36 mois pour les personnes de 53 ans et plus). En plus de cette mesure, les demandeurs d’emploi, ayant eu un revenu supérieur à 4 500 euros brut mensuel, verront leurs allocations réduites d’au moins 30 %. En pratique, cette dégressivité s’applique “uniquement pour les personnes indemnisées âgées de moins de 57 ans au moment de la rupture de leur contrat de travail», détaille le site Pôle emploi.

La dose de rappel et le pass santé

La variante Omicron apparue en France, la cinquième vague… Olivier Véran a annoncé de nouvelles mesures pour lutter contre la propagation du virus, notamment concernant le pass sanitaire. Ainsi à partir du 15 décembre, l’injection de la 3ème dose de vaccin sera le précieux sésame 65 ans et plus, de continuer à utiliser leur pass santé. Un projet étendu à tous les Français de 18 ans et plus à compter du 15 janvier 2022.

Toute l’actualité dans notre newsletter, abonnez-vous !



Source link