Nicolas Hulot protégé par le gouvernement ? Les révélations chocs de Sandrine Rousseau

Savoir. Depuis plusieurs semaines, l’affaire Nicolas Hulot fait couler beaucoup d’encre. Et pour cause, l’ancienne ministre de la Transition écologique et solidaire est accusé par 17 femmes d’agression sexuelle et de viol. Ce lundi 29 novembre, l’un des membres du parti politique Europe Ecologie-Les Verts a donné des détails sur cette histoire. Selon elle, le gouvernement cherche à protéger, et ce, depuis le début, l’ancien présentateur d’Ushaia.

Elle a connu pire ailleurs

L’affaire Hulot, le saviez-vous“Cyril Hanouna interroge Sandrine Rousseau. Le numéro deux du parti EELV révèle alors en avoir eu connaissance en 2018, au même moment d’une affaire similaire.”je savais depuis lecas Baupin», explique-t-elle avant de donner des détails.

Dans l’enquête qui a eu lieu pour Denis Baupin, il y a eu une phrase d’une personne qui a expliqué qu’elle ne voulait pas porter plainte contre Denis Baupin parce que eElle a connu pire ailleurs“. Au fait, c’est-à-dire”à la Fondation Hulot“Elle ajoute.

Pour en savoir plus sur la connaissance de Sandrine Rousseau de l’affaire Hulot, Cyril Hanouna lui demande si l’accusé était protégé. La réponse politique ne s’est pas fait attendre. “Évidemment oui“elle répondit.

Sous la protection du gouvernement

À partir de 2018, nous publions l’Hebdomadaire, dans lequel il y a des faits dans cet article, tout le monde le protège. Le gouvernement met en place une stratégie pour le protéger” assure-t-elle.

Pour Sandrine Rousseau, une seule question se pose. “Pourquoi personne n’a saisi le parquet ou une étude parlementaire“considérant que pour des faits similaires la justice avait déjà été saisie. Elle affirme coûte que coûte, qu’on l’a”jamais essayé de savoir, on a essayé de protéger, de sauver Hulot“.

Afin d’aider ces femmes qui accusent des personnalités politiques d’agression, Sandrine Rousseau propose de créer une Haute Autorité comme celle qui existe pour la transparence dans la vie publique. “Dès qu’il y a suspicion de vol, une enquête est immédiatement ouverte.“elle a expliqué.

Un raisonnement renvoyant au scandale des costumes François Fillon qui, dit-elle, semble bien plus grave aux yeux de l’Etat qu’un ministre accusé de viol. “Il y a un ministre accusé de viol, mais c’est plus grave d’avoir des déguisements gratuits que de violer visiblement une femme” a-t-elle conclu.

Pour ne rien rater de notre actualité, abonnez-vous à notre newsletter !



Source link