voici pourquoi il ne risque rien

Aujourd’hui, Jacqueline Laffont, l’avocate de Nicolas Hulot, était l’invitée de BFMTV. Interrogée sur les accusations de viol et d’agression sexuelle pesant sur son client, l’avocate a insisté sur le fait que, criminellement, l’ancien ministre n’a rien risqué.

« Il n’y aura jamais de procès »

Jacqueline Laffont a pris la parole pour évoquer la « malédiction médiatique » provoquée par le reportage diffusé jeudi soir dans l’émission Envoyé spécial, sur France 2. Avant de déclarer :

Cette enquête est une politique pénale qui a été mise en place pour donner la parole et pour que les personnes qui souhaitent être entendues puissent être entendues. Ce qui sera le cas. Mais ce qu’il faut dire, c’est qu’en tout état de cause, s’agissant des faits prescrits, il n’y aura jamais de procès, et donc jamais de culpabilité.

L’impact médiatique

Après avoir insisté sur ce point juridique, l’avocat de l’ancien animateur de l’émission Ushuaia a ensuite souhaité s’exprimer sur l’impact médiatique du reportage signé. Correspondant sur la vie de son client :

Moi, il y a une question que je pose qui me semble fondamentale : a-t-on le droit de détruire un homme que la loi interdit de juger ? Posez-vous cette question, vous journalistes car tout remonte à trente ans, car la vérité d’hier n’est pas la vérité d’aujourd’hui, car les souvenirs ne sont pas là.

Et la prescription journalistique ?

Hier, en passant BFMTV, Elise Lucet, la présentatrice de l’émission Correspondant, qui a particulièrement secoué Nicolas Hulot, a également tenu à parler de la prescription des crimes. Invité de Bruce Toussaint, le journaliste a déclaré :

Dans notre vie de journaliste, il n’y a pas de prescription. C’est comme si je vous disais : on découvre un scandale qui remonte à vingt-cinq ans, on n’en parle pas. Il y a prescription journalistique. Ça existe dans la loi, et tant mieux, c’est bien, mais il faut peut-être que ça évolue. Mais pas dans le journalisme.

A propos de l’affaire Hulot

  • mercredi 24 novembre, quelques heures seulement avant la diffusion du sujet qui lui est consacré, Nicolas Hulot annonce qu’il quitte « définitivement » la vie publique.
  • jeudi 25 novembre, France 2, à travers son émission Envoyée spéciale présentée par Elise Lucet, dévoile un reportage consacré à l’ancien ministre de l’Écologie, et dans lequel plusieurs femmes l’accusent de viols et d’agressions sexuelles. Les faits remontent entre 1989 et 2001.
  • Au lendemain de ces accusations, le parquet de Paris annonce l’ouverture d’une enquête préliminaire pour « viol » et « agression sexuelle ».

Pour ne rien rater de notre actualité, abonnez-vous à notre newsletter !



Source link