les violences faites aux femmes en France, au travers de témoignages forts

Violences sexuelles, gynécologiques, physiques. Mariages forcés, mutilations, objet de violence contre les femmes est protéiforme et global.

Nous faisons le point sur ce sujet systémique à travers le des témoignages forts, recueillis par Oh! mon mag tout au long de cette année. A l’occasion de la journée mondiale contre les violences faites aux femmes, retrouvez les temps forts de certaines de ces interviews dans notre vidéo. Parmi eux, Emma Zoug, victime de violence domestique, ou encore Coralie, victime de violences sexuelles, mal accompagné par les autorités (retrouvez notre article sur #doublepain).

Les violences faites aux femmes, un phénomène social ?

Si les violences faites aux femmes sont légion partout dans le monde, on pense évidemment à situation des femmes en Afghanistan, par exemple. La France ne fait cependant pas exception : plus de 200 000 femmes sont maltraitées chaque année.

On note également une augmentation de plus de 10% en 2020, en lien avec le coronavirus. Sous l’effet du confinement, les violences conjugales ont en effet augmenté. En 2021, plus de 100 féminicides ont déjà été commis.

Quid de ce « sujet prioritaire » du quinquennat ?

Sous l’impulsion du président français Emmanuel Macron, le gouvernement, qui devait faire de ce sujet un sujet prioritaire pour ce quinquennat, a mis en place 4 nouvelles lois dans les 4 ans. Durcissement de condamnations pour viol sur une victime mineure, obligation de nommer un conseiller en harcèlement en entreprise (2018), création de bracelets anti-réconciliation (2019) et assouplissement du secret médical accélérer le signalement des femmes victimes de violences (2020).

Ressources trop faibles par rapport à l’étendue du sujet

Des associations se battent également pour venir en aide aux femmes victimes de violences, partout en France. Des structures existent pour les aider, comme la Maison des femmes. Femmes battues et excisées, depuis son ouverture en 2016, la maison des femmes en a accueilli près de 20 000 pour des consultations. Gérée par Ghada Hatem, cette structure propose une prise en charge globale alliant accompagnement psychosocial et prise en charge médicale. Voici un exemple parmi d’autres qui donne un peu d’espoir.

Violences faites aux femmes : un sujet minimisé ?

Cependant, ces initiatives et lois ne suffisent pas, comme le rappelle associations féministes. Tout comme l’aide débloquée par l’État pour aider femmes victimes de violences en France. En effet, le budget actuel est de 360 ​​millions d’euros, même siil faudrait 1 milliard par an pour bien soutenir cette lutte contre les violences faites aux femmes, selon les calculs des ONG. Un constat partagé par le Conseil de l’Europe qui considère que la France manque notamment de centres d’aide et d’hébergement. La lutte contre les violences faites aux femmes reste donc un sujet d’actualité et d’actualité.

Source link