La prime de 100€ annulée ? le Sénat se justifie

Le 21 octobre 2021, le Premier ministre Jean Castex a annoncé une aide exceptionnelle pour répondre à l’augmentation sans précédent. Sans doute ceci bonus de 100 euros était le bienvenu en ces temps difficiles. Evidemment, cette flambée des prix et de la consommation des carburants pèse sur le pouvoir d’achat des Français.

En ce sens, le gouvernement a promis cette compensation d’inflation à 38 millions de personnes en situation de précarité. Ce coup de pouce financier a concerné, entre autres, les étudiants, les fonctionnaires et les retraités dont le revenu mensuel est inférieur à 2 000 euros. De plus, la prime devait être versée en une seule fois et automatiquement à partir de fin décembre 2021.

Adopté par L’assemblée nationale, le projet de loi a été présenté aux sénateurs 17 novembre 2021. Ainsi, l’opposition de droite, la majorité, avait décidé de supprimer la disposition en expliquant une mesure “mal ciblée”, rapporte Le monde.

Sénat
Image d’illustration – © depositphotos

A lire aussi : Bonus Noël 2021 : pour qui, quand et combien ? Tout ce que tu as besoin de savoir

Les républicains dénoncent le manque de ciblage

Juste après l’annonce de Jean-Castex sur TF1 au sujet de l’indemnisation de l’inflation, une partie de la classe politique a donné un avis clair sur cette prime de 100 euros. C’est le cas de Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat. Il a notamment parlé d’un « Nouveau chèque en bois financé par la dette ».

Majoritaire au Sénat, la droite s’oppose donc à ce projet de loi. En effet, les républicains ont supprimé l’amendement. Pour votre information, ce coup de pouce financier générerait une dépense supplémentaire de 3,8 milliards d’euros pour l’Etat.

Selon les informations rapportées par Sénat public, Bruno Retailleau a présenté plusieurs de ses amendements. Il a notamment pris l’exemple d’une infirmière à domicile. Cette dernière, percevant 2 005 euros net/mois, utilise souvent sa voiture pour se rendre chez ses patients. Elle ne sera donc pas éligible à ce bonus de 100€.

Le groupe LR soulève ainsi des critères importants qui ne sont pas pris en compte dans ce système. Ceux-ci comprennent, entre autres, la composition des ménages bénéficiaires, leur exposition à la consommation d’essence et l’effet de seuil de la mesure.

“La mesure est mal ciblée et pourrait finalement s’avérer inefficace malgré son coût élevé”

Préoccupation concernant les conditions de paiement

Pour rappel, le gouvernement a affirmé une mise en œuvre simple et efficace. Cependant, plusieurs entités (Urssaf, CAF, caisses de retraite) sont impliquées dans la bonne approche des versements. Le rapporteur général, Jean-François Husson (LR) s’est inquiété de ce fait modalités de paiement. Il a également soulevé une autre question.

“Les mécanismes qui seraient mis en place pour prévenir les risques de duplications ou de fraudes dans le paiement des indemnités ne sont pas connus à ce jour”

Par ailleurs, la droite a dénoncé une “mesure électorale”. En ce sens, l’opposition a préféré renforcer les mécanismes existants. Cela concerne en particulier une augmentation exceptionnelle de 150 euros pour les salariés percevant des minima sociaux. Le Sénat a adopté par 145 voix pour (et 30 contre) ce projet de loi ainsi modifié, rapporte La Dépêche.

L’Assemblée nationale pourrait rétablir le texte sur l’indemnisation de l’inflation

Suite à la suppression de l’amendement, Bruno Retailleau a salué ce projet de loi amendé, car “Mieux ciblé”. De plus, cette augmentation exceptionnelle ne nécessite que 1,5 milliard d’euros pour l’État, explique Le Monde.

Pour sa part, Olivier Dussopt, le ministre des Comptes publics a déploré le vote de l’opposition à Sénat public. Selon lui, la solution retenue par la chambre ne prend pas en compte les retraités, les demandeurs d’emploi ou les travailleurs autonomes. Malgré tout, il y a encore une chance que l’appareil voie le jour. Le texte sur l’indemnisation de l’inflation pourrait être rétabli par amendement à l’Assemblée nationale.

Pour ne rien rater de notre actualité, abonnez-vous à notre newsletter !

Source link