La mère d’un dealer expulsée d’un logement HLM à Nice : les habitants s’indignent

A lire aussi : Lille : Cécile, mère de famille, se fait casser la mâchoire par un trafiquant de drogue et en appelle à Martine Aubry : “Je vis dans un quartier de non-droit” (Vidéo)

Les parents doivent-ils être punis pour les actes illégaux de leurs enfants majeurs ? Actuellement, le débat fait rage. C’est aussi le cas avec expulsion de locataires en HLM. Certains donateurs n’hésitent pas à prendre des décisions radicales. La raison ? La demande de logements sociaux est toujours en hausse en France.

C’est un fait, les familles modestes ont du mal à joindre les deux bouts et par conséquent, certaines n’ont pas les moyens de vivre dans une nouvelle maison. Ils doivent donc se contenter de logements sociaux, malgré les dangers extérieurs. Bon nombre de quartiers, comme la cité phocéenne, sont en effet en proie à des trafics.

A Nice, les locataires HLM vivent également des situations similaires. Malheureusement, les jeunes adultes sont tentés de se lancer dans cette économie parallèle. C’est précisément le cas de ce trafiquant de 19 ans. Forcément, il était dans le collimateur de la police. Alors qu’il était condamné à 20 mois de prison et sa mère s’est retrouvée expulsée de son logement selon Nice-Presse.

Une décision controversée

Vous devez croire que Côte d’Azur Habitat aurait suivi cette affaire de près. La raison ? L’agence bailleur a déposé une requête auprès du tribunal de Nice suite à la condamnation du concessionnaire. Informés par la préfecture, les responsables avaient également constaté de nombreuses dégradations dans l’appartement.

« Le tribunal judiciaire a estimé que l’existence et la gravité des troubles étaient suffisamment signalées pour caractériser l’absence de jouissance paisible des lieux loués que tout locataire ou tout occupant de son chef, se doit de respecter »

Suite à cette demande de l’agence, le parquet, la préfecture et la mairie de Nice voté pour valider cette décision inédite. En conséquence, la mère du dealer a dû quitter les lieux. Pour couronner le tout, elle aune amende de 500 euros pour dommages au logement.

photo d’illustration

Dans ce cas, la mère assume la responsabilité des actes de son enfant majeur, car vis-à-vis de la loi, il n’a pas encore atteint l’âge de la responsabilité financière, soit 25 ans. La décision d’expulser les logements HLM semble pourtant radicale. D’autant plus qu’elle ne serait pas impliquée dans ce trafic.

Les habitants réagissent à cette procédure d’expulsion

Dans ce quartier d’Ariane, de nombreux riverains ont donné leur avis sur cette affaire. Selon leurs dires, le jeune dealer mérite de passer un séjour derrière les barreaux. Cependant, vous ne devriez pas punir votre mère pour ses actes. Les habitants conviennent qu’elle souffre également du comportement illégal de son enfant.

En ce sens, la procédure d’expulsion envoie un mauvais signal, comme l’a confié Teresa Maffeis, militante au DAL (Droit au Logement). Actuellement, l’association réfléchit donc à la possibilité deune action en justice.

Source link