A Marseille, la scène surréaliste où des délinquants libèrent de force un homme interpellé par la police

A lire aussi : L’aide sociale supprimée pour les familles de délinquants dans une ville française

Tout récemment, Emmanuel Macron était en visite à Marseille, et plus précisément, dans des quartiers en proie aux trafics. Cette semaine, la Brigade spécialisée de campagne (BST) a fait un travail décent dans la Cité Frais-Vallon.

Sur place, la police a interpellé un individu. Ils l’ont menotté, mais dans le processus, une violente altercation s’est ensuivie. En effet, une dizaine de personnes ont attaqué les agents afin de libérer de force l’homme arrêté. Les assaillants ont également récupéré une grosse somme d’argent saisi par la police.

Une dizaine d’individus agressent la police

Afin d’éradiquer toutes sortes de trafics qui sévissent dans les quartiers de la ville marseillaise, la police procède actuellement une grande opération de drogue. Malheureusement, le milieu de la pègre locale constitue un réseau bien organisé.

Du coup, ils n’hésitent pas à s’en prendre à la police. D’autant plus si l’un des leurs, en possession d’une grosse somme d’argent, se retrouve en mauvaise posture. C’est précisément le cas qui s’est produit en le 13e quartier marseillais.

Alors que la police arrêtait le jeune homme, plusieurs personnes sont venues à son secours. Ainsi, l’individu, toujours menotté dans le dos, a réussi à s’échapper lors de l’affrontement entre la police et ses proches.

Un suspect arrêté

Selon Provence, certains agents de la BST ne sont pas sortis indemnes de cette altercation. Un des policiers s’est fait prendre un bâton à la tête et un autre à la main. Dans la foulée, la police de la division nord est venue en renfort et a arrêté deux individus. Lors de l’interpellation, les policiers ont été visés par des projectiles.

Les CRS ont également prêté main forte à la division nord pour sécuriser les lieux. En raison des violences liées au trafic de substances illicites, 200 agents supplémentaires arrivera à Marseille à partir de 2022. Quant à la suite de l’enquête, un adolescent de 17 ans, bien connu des forces de l’ordre, devra répondre de ses actes de violence devant la justice.

Source link