Vous souvenez-vous du garçon qui fume 40 cigarettes par jour ? Voyez à quoi il ressemble 8 ans plus tard

Ce garçon a suscité l’indignation dans les médias en Indonésie. Et pour cause, il fumait 40 cigarettes par jour. Découvrez à quoi ressemble ce garçon 8 ans plus tard. Tout le monde s’inquiétait pour ce bébé qui était accro à la nicotine durant ses premières années de vie.

Relayé par nos confrères du site britannique Le soleil, la vie de ce petit indonésien est extraordinaire. Et pour cause, il fumait deux paquets par jour alors qu’il n’avait que deux ans.

Mobilisation du gouvernement

A deux ans, Ardi Rizal, un bébé indonésien a été filmé en train de fumer. Selon les journalistes, il fumait 40 cigarettes par jour. Depuis cette vidéo, le gouvernement s’est mobilisé pour le cas de ce petit garçon. L’État l’a aidé à sortir de cette dépendance mortelle. Un parcours compliqué pour Ardi Rizal qui souffrait également d’un trouble alimentaire (TCA), de boulimie. Il était gravement en surpoids mais heureusement, il a réussi à perdre du poids ces dernières années. Si fumer est une habitude à arrêter, c’est parce qu’il provoque tous ces effets néfastes sur la santé.

Ce petit indonésien fumait 40 cigarettes par jour dès l'âge de 2 ans.

Ce petit indonésien fumait 40 cigarettes par jour dès l’âge de 2 ans. Source : Getty Images

Indignation internationale

Les photos de ce petit garçon du village indonésien de Sumatra ont choqué le monde entier. Depuis leur révélation, l’indignation internationale s’est élevée contre cette victime du tabagisme. Arrêter de fumer a entraîné une forte dépendance à la nourriture. «Au début, lorsque nous avons sevré mon fils de la cigarette, il a eu de terribles crises de colère. Heureusement, il n’en veut plus maintenant », témoigne la maman lors de son sevrage il y a quelques années.

La première cigarette À 18 mois

Suite aux révélations qui ont choqué l’opinion internationale, l’Etat indonésien a lancé une enquête sur les parents du petit Ardi. Ce dernier a révélé que la dépendance du bébé à la cigarette avait commencé dès l’âge de 18 mois et c’est son père qui lui a fait prendre cette habitude. Depuis qu’il a arrêté de fumer, sa dépendance alimentaire était telle que ses parents ont dû faire appel à un nutritionniste pour l’aider à lutter contre son obésité. A 9 ans, le petit garçon est enfin sans addiction. Le spécialiste de l’alimentation l’a mis sur une alimentation équilibrée pour perdre tout le poids pris lors de son sevrage.

Une fin heureuse pour Ardi

Ardi a pu abandonner son habitude de fumer.

Ardi a pu abandonner son habitude de fumer. Source : Le Soleil

Grâce à l’aide de la nutritionniste, le petit Ardi a réussi à avoir un poids normal. L’expert lui a demandé d’échanger ses trois bidons de lait en poudre par jour en fruits, légumes mais aussi poisson fraiss pour perdre des kilos en trop.

Le jeune Ardi avait pris beaucoup de poids après avoir arrêté de fumer.

Le jeune Ardi avait pris beaucoup de poids après avoir arrêté de fumer. Source : Le Soleil

Un régime qui sera efficace pour cet enfant devenu accro à la nourriture pour compenser son manque de nicotine. Depuis qu’il est en bonne santé, l’enfant de 9 ans est un excellent élève à l’école et est assez bien équilibré.

Le petit Ardi est maintenant en bonne santé après avoir été un gros fumeur.

Le petit Ardi est maintenant en bonne santé après avoir été un gros fumeur. Source : Le Soleil

Interviewé par nos confrères de Futura-Sciences, Jean-Pol Tassin, physico-chimiste, neurobiologiste, neuropharmacologue et directeur de recherche à l’Inserm guide les fumeurs pour arrêter cette habitude nocive et potentiellement mortelle. Pour l’expert, la volonté seule ne suffit pas pour arrêter de fumer. Il est préférable d’identifier les raisons du tabagisme. Ce dernier recommande également aux fumeurs de changer de marque de cigarettes tous les jours avant de commencer à arrêter. Et pour cause, quand on fume toujours le même paquet, notre corps devient insensible aux effets irritants du tabagisme. Christophe Cutarella, psychiatre addictologue donne aussi des conseils pour réussir à prendre cette saine décision. Pour le spécialiste, il est important de suivre une thérapie de groupe, combinée à une thérapie individuelle, en même temps qu’une thérapie médicamenteuse. Options possibles pour ceux qui essaient de ne pas rechuter.

Lire aussi Être seul est pire que fumer 15 cigarettes par jour, selon une étude

Source link