Koh-Lanta : les petits coups de pouce discrets de la production pour aider les aventuriers !

Survivre plus d’un mois et être entouré d’une nature hostile n’est pas une tâche facile. Pire encore, les participants risquent leur vie sur cette émission. Dans tous les cas, la notion de programme TF1. Autrement dit, la production aspire à donner cette image au spectacle présenté par Denis Brogniart. Seulement voilà, certains téléspectateurs ont encore des doutes. Le magazine Society a levé le voile dans les coulisses de Koh-Lanta.

Les aventuriers ne sauraient pas

Comme par hasard, les naufragés ont trouvé du manioc au petit matin. Pourtant, la veille, ils ont déjà sillonné les alentours. Il est parfois nécessaire, pour les besoins de la production, d’apporter l’eau courante et l’électricité. Importer des noix de coco près des camps (…) Immense barnum de 100 personnes », révèle le bimensuel. A l’exception des épreuves, les candidats ne sont en réalité pas livrés à leur sort. De nombreux salariés sont au taquet pour leur donner de quoi survivre et leur offrir un minimum de confort.

Aider les candidats
Aider les candidats – © TF1

Il faut souligner que ces personnes sont des travailleurs de l’ombre. En d’autres termes, ils ne sont pas à l’honneur. Néanmoins, leurs fonctions pendant le tournage sont essentielles à la réussite du programme. À propos de ça, Alexia Laroche Joubert, le directeur d’Adventure Line Productions avait confié à nos confrères de Puremédias. Selon ses révélations, la production met un point d’honneur à ce que les candidats se plongent totalement dans le jeu de la survie pour queils oublient le côté ‘émission de télévision’. De cette façon, les fans du programme continuent de croire en la Le mythe de Robinson (Crusoë) en s’identifiant aux candidats. De leur côté, ces derniers vivent une expérience exceptionnelle.

Les aventuriers du camp
Les aventuriers du camp – © TF1

Koh-Lanta : doublures des candidats pendant le tournage

Toujours au micro de Puremédias, Julien Magné, le producteur de l’émission a révélé que les doublures des candidats sont bel et bien présentes sur la scène. Selon son explication, les drones n’effectuent qu’une seule tâche lors des tests. Ces dispositifs ne font que suivre l’action des participants. Pour des besoins de montage et plus précisément de plans aériens plus larges, des personnes ayant la même carrure que les aventuriers refont exactement les scènes.

Test élastique
Test élastique – © TF1

Dans un tout autre registre, revient souvent la fameuse question de la rémunération. Combien gagnent les nouveaux arrivants ? Pour leur première participation, ils reçoivent “Un salaire minimum et 4000 euros pour le droit à l’image”. Quid des candidats emblématiques ? Selon le magazine Society, le jackpot de départ est doublé voire triplé. C’est la raison pour laquelle les vieux aventuriers veulent retenter l’expérience, mis à part la soif de compétition et de victoire.

Source link