un bébé est mort de faim, son jumeau est en soins intensifs

C’est une histoire qui vous fait froid dans le dos. Un couple en Russie a été accusé de meurtre après avoir laissé ses jumeaux sans surveillance ni nourriture pendant 4 jours. La raison ? Ils voulaient boire de l’alcool et faire la fête. L’un des bébés a fini par mourir de faim tandis que le second a été admis en soins intensifs.

relayé par Actualités Australie, cette histoire a conduit à la mort tragique d’un bébé de seulement 16 semaines et à un état critique pour sa sœur jumelle. Margarita Yanayeva, 23 ans, et Alexey Yanayeva, 35 ans, auraient dit à leurs amis que les jumeaux étaient hospitalisés à cause du coronavirus.

Les bébés ont été laissés seuls pendant 4 jours

Pour fêter ça, ces parents n’avaient aucun scrupule. La police a déclaré avoir laissé leurs jumeaux à la maison « pour boire pendant quatre jours ». Au cours de cette période, une source en charge de l’enquête a révélé que «ils n’ont ni nourri les enfants ni fourni de soins alternatifs ». Lorsque leur grand-mère les a trouvés, le garçon était « gravement émacié ». Une fois dans le coma, il n’a malheureusement pas pu survivre et a fini par mourir par manque de nourriture. Sa sœur a été retrouvée dans un état très faible et a dû être admise aux soins intensifs. La police affirme que les parents “ont soumis leurs enfants à la famine, n’ont pas veillé à leur hygiène et ont laissé les mineurs dans un état de danger absolu”.

parents
Margarita Yanayeva, 23 ans, et Alexey Yanayeva, 35 ans – Source : Actualités

Le couple a été accusé de meurtre

Les bébés ont été découverts par les autorités grâce à leur grand-mère qui s’inquiétait du manque de contact avec les parents malgré le verrouillage du coronavirus. Le couple risque 20 ans de prison s’ils sont reconnus coupables du meurtre de leur petit garçon. Ils ont également été accusés de négligence parentale et de mise en danger de leurs enfants.

Négligence parentale dans le registre des abus

Fondamentalement destructrice, la négligence parentale se traduit par l’absence des soins et des actions nécessaires pour garantir le développement, le bien-être et la sécurité de l’enfant. Selon Patricia Chalon, psychologue, il s’agit d’un manque d’attention et d’une forme de maltraitance volontaire envers les plus jeunes. Dès la naissance, il est en effet vital que le bébé puisse grandir dans un cocon affectif sécurisé, avec un adulte capable de s’occuper de lui afin de subvenir à ses besoins primaires. Hygiène, santé, alimentation, habillement, protection, éducation… autant d’aspects dont le nouveau-né est dépendant pendant les premières années de sa vie. L’amour, l’affection, l’écoute et la bienveillance sont également cruciaux de la part de ses parents. Et pour cause, c’est ce qui lui permettra de grandir, d’apprendre, de se développer pour enfin décoller quand il se sentira prêt.

négligence envers les enfants
Négligence envers les enfants – Source : La province

Son impact sur l’enfant

Malheureusement, la négligence parentale passe parfois inaperçue car elle n’est généralement repérée qu’à travers ses conséquences, comme le démontre le cas de ce couple russe. Le Dr Chalon explique : ce sont des « violences discrètes mais réelles » qui entravent l’épanouissement et l’épanouissement des plus jeunes. Et pour cause, un enfant qui souffre d’un manque de besoins essentiels peut connaître des séquelles à l’âge adulte. L’absence de soutiens identifiants en particulier pourrait conduire à une profonde détresse psychologique. qui peut aussi se manifester sur le plan physique. Les risques de dépression sont également plus importants, note la pédopsychiatre Emmanuel de Becker, ajoutant que lorsque la négligence se prolonge dans le temps, des comportements à risque et des comportements addictifs sont également susceptibles d’apparaître chez la victime. Selon l’expert, l’abus de drogues, de médicaments ou d’alcoolisme provient en réalité d’un manque que l’enfant essaie de combler pour remédier à son mal-être et de la recherche d’un soutien affectif par des substituts matériels.

Source link