Après les maisons, voici les piscines en containers maritimes, plus urbaines et écolos

Une piscine fabriquée par la société toulousaine Soniga à partir de containers maritimes recyclés. — Soniga
  • Il y a quelques années, la reconversion des containers maritimes en maison faisait fureur, notamment chez les militants écologistes.
  • Cette idée a fait son chemin et est aujourd’hui adaptée à la construction de piscines.
  • Une jeune société de l’agglomération fabrique, depuis le mois d’octobre, des bassins urbains à partir de ces containers recyclés.

Il y a quelques années, le concept de maisons fabriquées en vieux containers maritimes faisait rage. Une idée écolo recyclée il y a peu pour l’aménagement des
piscines​, et dont s’est emparée une jeune société de
l’agglomération toulousaine.

« J’ai découvert le concept lorsque j’étais en Australie. Mon frère voulait construire une piscine mais ne pouvait pas faire du bâti. Durant le premier confinement, je lui ai soumis l’idée du container et nous en avons parlé à Nicolas, notre ami piscinier », raconte Sofien Sahli, l’un des cofondateurs de Soniga.

C’est ainsi qu’ils ont créé leur premier prototype, à partir d’un container usagé stocké à Castelnau d’Estretefonds et de résine produite à Escalquens. Ils ont transformé en piscine cette cuve de métal, en y incorporant des finitions bois. Dans la foulée, ils ont créé leur entreprise, voyant poindre un marché pour ces bassins urbains, faciles à installer sur de petites surfaces de jardins en ville.

Le boom d’après-confinement

« Pour les modèles de moins de 10 m2 de surface, les contraintes administratives sont moins importantes et ne nécessitent pas pour l’instant de permis de construire. Et une fois fabriquée dans nos ateliers en deux semaines, il suffit que le terrassement soit fait. Pas nécessaire d’avoir des travaux durant des mois », plaide l’entrepreneur.

Avec le confinement, les demandes de piscines ont explosé, et leur bassin répond aux contraintes citadines d’espaces restreints, mais aussi aux velléités plus écologistes des urbains. Ainsi, en plus de recycler des containers maritimes, pour les tester, ses créateurs prélèvent l’eau d’un bassin de rétention présent à côté de leur atelier, qui est continuellement recyclée.

Pour se payer le premier modèle de moins de 10 m2 de surface – enterré ou pas, avec une petite plage ou pas – il faudra tout de même débourser 16.500 euros. Sans compter le terrassement pour ceux qui veulent l’enterrer, et la livraison. « Mais pour une piscine maçonnée, c’est 35.000 euros, et il y a des délais d’attente et la durée des travaux », met en avant Sofien Sahli.



298

partages

Source link