Youssoupha, champion de l’anti-France

La France est un pays des escrocs. Les Français sont racistes conscients. Les blancs sont condescendant baisée “. Avec la terre des droits de l’homme, je n’ai pas d’histoire attachante. Moi, je m’en fiche de la France d’en bas, je représente la France d’ailleurs. Et vous comprendrez pourquoi on aime siffler La Marseillaise… Incroyable mais vrai, l’auteur de ces propos est le chanteur officiel de l’équipe de France de football pour l’Euro de juin prochain. Né au Zaïre, vivant en Côte d’Ivoire, le rappeur Youssoupha l’assure: Nous les Congolais recherchons la fantaisie! Après avoir grandi en France et déclaré en 2007 Bientôt, je vais en ville pour dépenser l’argent de tes allocations, l’artiste de 41 ans est de retour pour faire chanter les foules de contributeurs, incidemment partisans des Bleus.

Pour comprendre l’énormité de la situation, il faut se souvenir des positions politiques de Youssoupha, face à deux des principaux opposants d’Emmanuel Macron en vue de la prochaine présidentielle. En 2006, le rappeur a mentionné dans une chanson son graine de nègre qui foutre cette salope de Marine Le Pen. Sur scène, la chanson est arrêtée sur ce passage, pour que le public chante les paroles, avant de passer des sons de coups de feu, relater Le Figaro. En 2009, Youssoupha enchaîne et propose une note sur la tête de celui qui fera taire cette escroquerie d’Eric Zemmour. Trois ans plus tard, Canal + diffuse un concert du rappeur à l’Olympia où ce dernier fait crier le public Zemmour, nous vous enc …

La France doit être prise

Face au début de polémique ces derniers jours, des journalistes ont tenté de venir en aide à Youssoupha. Prétendant démêler le «vrai» du «faux», France Info tente de prescrire les faits, en évoquant une chanson de 15 ans. Sauf que les propos du rappeur sur la France, pays des escrocs, ne datent que de mars 2021. La voix du Nord pour sa part, tente de rester léger, devant un Légende rap qui ne le ferait tout simplement pas sa langue dans sa poche. Rachel Binhas, journaliste à Marianne, prend directement les paroles de Youssoupha pour le défendre, évoquant la gangster rappeur fantaisie. Il possède toujours été un très bon élève à l’école, assure le journaliste, avant d’ajouter: On est loin du visage d’une racaille.

En fait, Youssoupha est l’auteur de multiples délits pendant son adolescence, comme NRJ l’évoque modestement. Passant sa carrière musicale à victimiser la banlieue devant la police, il chante Baiser sa mère le commissaire en 2013 puis Baiser le proc et baiser la police “en 2015. Nourri d’une réalité parallèle, il a assuré à France Info en 2012 que quand on parle dans les médias d’une affaire de meurtre ou de pédophilie, c’est un blanc le coupable. Grand partisan d’Assa Traoré, il a participé au concert pour son frère Adama en 2017. Il y a retrouvé le rappeur Medina, avec qui il a chanté en duo les louanges de l’islam et Prophète en 2013. Concernant la famille Traoré, Youssoupha déclare qu’elle est composée d’individus très rassembleur selon lui, alors que quatre frères Traoré sont emprisonnés depuis 2016. Lors du concert, une phrase d’Assa Traoré l’enthousiasme particulièrement: La France doit être prise.

Quatre ans plus tard, la Fédération française de football en fait le porte-parole de l’équipe nationale. Pour le philosophe Michel Onfray, la nouvelle idéologie au pouvoir aujourd’hui est l’idéologie de l’islamo-gauchisme, avec sa logique de haine pour la France et la culture française. L’idée d’un conflit générationnel ou social entre adversaires et fans de rap ne tient même pas la route. Lors de la manifestation de soutien à la police le 19 mai, le rappeur Kaotik747 a été applaudi par la foule après avoir interprété une chanson rendant hommage à la police. Adopté à 9 mois, enfant de la DDASS, Karim de son vrai nom défend son amour pour la France malgré un parcours difficile. Assumant la responsabilité des rappeurs face aux violences de quartier, il s’est vu fermer les portes de l’industrie, jusqu’à recevoir des menaces de mort après la manifestation du 19 mai.

Le double jeu pervers du gouvernement

Pour lui, pas de lauriers à l’Euro de football. Parce que Youssoupha est conforme à nos valeurs de lutte contre le racisme et de promotion de la diversité, selon la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, sur BFMTV. A propos de Marine Le Pen, traitée comme chienne d’imprégner, elle ajoute sur France Info qu’il s’agit simplement de dénoncer les propos du président de l’Assemblée nationale. Une déclaration lunaire qui fait sursauter notre collègue Valeurs actuelles, Charlotte d’Ornellas, sur Cnews : Se rend-elle compte de l’énormité de ce qu’elle dit? Nous pouvons abandonner les femmes quand nous ne sommes pas d’accord avec elles … Un avis partagé par la journaliste Gabrielle Cluzel: Je pensais naïvement que c’était encore un gâchis, mais le ministre assume sans complexe. Nous sommes dans la quatrième dimension!

Le piège du gouvernement est fermé lorsque les responsables du RN réagissent à leur tour et condamnent les propos de Youssoupha. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal nous assure que cela en dit long sur ce qu’est le rallye national, qui n’a pas changé. Dans un renversement accusatoire phénoménal, Roxana Maracineanu dénonce le fait de instrumentaliser le football et Marine Le Pen qui répand la haine et le séparatisme dans la société, alors que nous devons nous unir. Le député LREM Jacques Marilossian va plus loin en expliquant sur Cnews que Marine Le Pen n’est pas une femme, ce qui justifierait les propos de Youssoupha contre lui. Pour se mettre au diapason de Karim Benzema, le représentant de la nation ajoute que La Marseillaise l’a aussi encore choqué.

Il y a une semaine, la secrétaire d’État Olivia Grégoire a annoncé le plan du gouvernement Macron pour les élections régionales et présidentielles de 2022: L’ennemi raciste à vaincre, l’ennemi de la République, c’est Marine Le Pen. De ce point de vue, Youssoupha comme Karim Benzema ne sont que des pions. Pour exciter, dans un premier temps, le ressentiment des Français qui ne supportent plus de voir leur pays se faire cracher dessus. Remobiliser, dans un second temps, les immigrés et la gauche vers une nouvelle parodie de lutte antiraciste, afin de faire assez de votes et d’être réélus. C’est là que réside la vraie nature du macronien «à la fois»: un mépris aussi profond pour la France, traitée comme un paillasson, que pour les immigrés, considérés en fonction de leur capacité caricaturale à servir de repoussoir.

Source link