Un viol filmé en direct : à Stalingrad, l’enfer continue pour les riverains

La vidéo est froide dans le dos. Filmé de loin, le cadre tremblant, il illustre terriblement le désespoir et l’impuissance des habitants du 19e arrondissement de Paris, livrés à eux-mêmes dans un quartier presque entièrement abandonné aux trafiquants et toxicomanes. Cette fois, cependant, ce n’est pas encore une autre bagarre ou incivilité qui a été capturée par le téléphone d’un habitant du quartier. Il s’agit d’un viol survenu peu après minuit dans la nuit de vendredi à samedi. Sous la pâle lumière des lampadaires, raconte Le parisien, un peu à l’écart de la rue, on aperçoit un homme, de dos, violer visiblement une femme. Ce dernier, d’une voix faible et désespérée, supplie qui va l’écouter pour la sauver et appeler la police. Un réflexe qui aura heureusement les auteurs locaux de la vidéo, permettant l’arrestation et la mise en garde à vue du violeur. Lui et la victime sont tous deux toxicomanes.

La vidéo diffusée par un groupe de résidents

Si cette information est parvenue aux oreilles de la presse, c’est parce que la terrible vidéo a été partagée sur les réseaux sociaux par le Collectif 19, qui rassemble des habitants exaspérés, désespérés par l’enfer qu’est devenu son quartier. “C’était une scène très courte mais d’une violence incroyable”, déclare Deborah Navah, membre du collectif à Parisien. Malgré ces images choquantes, elle défend la publication de la vidéo: “Il faut comprendre que notre objectif n’est pas de filmer pour créer un buzz, mais c’est ce que nous vivons”, elle explique. La scène, qui a profondément “Choqué” habitants, est l’illustration violente et symbolique de leur quotidien. Délaissés par les services de la mairie et par l’État, ils se réduisent à faire justice eux-mêmes, ou presque. Depuis quelques semaines, nous voyons des résidents organiser des concerts de pot dans les vitrines pour chasser les marchands et les consommateurs. Parfois, ce sont même des feux d’artifice au mortier ciblant les marchands qui ont lieu, dans un renversement ironique de ce qui se pratique en banlieue. Et tout cela au cœur de Paris.


Source link