Quand Youssoupha enjoignait à la Fédération Française de Football d’aller “s’fair enculer”

ads1
ads2

Quatre ans après “Ramenez la coupe à la maison” de Vegedream, le nouvel hymne des Bleus – à l’occasion de l’Euro 2021 – s’intitule “Écrivez mon nom en bleu”. Il est incarné par le rappeur Youssoupha, en affaires depuis 1999. Cette décision de la Fédération française de football (FFF) a immédiatement provoqué une polémique. Le rappeur est accusé de plusieurs de ces punchlines, attaquant entre autres la France, les Blancs, Marine Le Pen ou Eric Zemmour. Ces quelques projections n’ont cependant pas effrayé la FFF… qui s’est montrée particulièrement peu rancunière. En effet, depuis le déclenchement de la polémique, un tweet du rappeur a été exhumé par des internautes. Utilisant une syntaxe et une orthographe très spécifiques, le rappeur insulte la FFF et le coach des Bleus de l’époque, Laurent Blanc: “Depuis qu’on se noie complètement dans le foutag de bouche, je ne vais pas me disputer. Que Laurent Blanc et la FFF se font baiser dans le cul”.

Un “slip” de Laurent Blanc

Le tweet du rappeur évoque une affaire qui a failli coûter son poste à Laurent Blanc en mai 2011. A l’époque, Libération rappelle, lors d’une réunion de la Direction technique nationale (DTN) de la FFF, le coach des Bleus avait suggéré la mise en place de «quotas» dans le recrutement des jeunes formés par la fédération. “On a l’impression qu’on forme vraiment le même prototype de joueurs: grands, forts, puissants”, déclara alors Laurent Blanc, ajoutant ces mots fatidiques: “Qu’y a-t-il de gros, fort, puissant maintenant? Les noirs”. La réunion, filmée à l’insu de ses participants, avait fait la une des journaux. Laurent Blanc, après avoir envisagé de démissionner un moment, est venu sur TF1 prêt à s’excuser. Il n’avait pas été sanctionné par la FFF, ce qui explique probablement la colère de Youssoupha.


Source link