Interdiction de la manifestation pro-palestinienne : trois avocats déposent un référé-liberté

Cette protestation fait polémique. A tel point que trois avocats ont déposé un recours après que Gérald Darmanin a sommé le préfet de police d’interdire la manifestation pro-Palestine, prévue samedi 15 mai à Paris. Les pénalistes ont déposé ce référé-liberté, dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 mai, devant le tribunal administratif de Paris et au nom de l’association des Palestiniens d’Ile-de-France, relaie BFMTV. Les trois avocats espèrent obtenir un retour du juge dans la journée de ce vendredi étant donné qu’il s’agit d’une procédure d’urgence.

Un avocat avait déjà obtenu gain de cause

Parmi ces avocats, l’un d’entre eux avait réussi, par le passé, à avoir un avis favorable d’un juge. Il avait pu faire annuler l’interdiction de manifester en 2014 à Nice, dans les Alpes-Maritimes, rappelle BFMTV. Il s’agissait d’une situation similaire à celle de Paris.

« De graves troubles à l’ordre public »

Jeudi 13 mai, le ministre de l’Intérieur a demandé l’interdiction au préfet de police de Paris des manifestations de samedi en lien avec les récentes tensions au Proche-Orient. Gérald Darmanin craindrait « de graves troubles à l’ordre public » comme ceux qui « furent constatés en 2014 ». Ces troubles dont parle le ministre de l’Intérieur, avaient eu lieu en 2014 en marge de la guerre de Gaza. Le 19 juillet, des affrontements avaient dégénéré où les policiers avaient dû répliquer avec des gaz lacrymogènes. Des poubelles avaient été jetées à terre et des magasins avaient dû fermer leurs portes. Enfin, des drapeaux israéliens avaient été brûlés. Gérald Darmanin a ainsi averti les préfets : il faudra être « particulièrement vigilants et fermes ».

Source link