« Adieu petit ange » Cette fillette de 8 ans meurt après avoir joué à un jeu avec d’autres enfants

ads1
ads2

Une fillette de 8 ans est décédée après avoir joué à un jeu. Après sa mort, elle a été jetée dans une rivière par des garçons de 11 et 13 ans. Découvrez l’histoire de cette victime d’un jeu extrêmement populaire auprès des jeunes.

Relayé par nos collègues de 7nouvelles, la mort de cette petite fille rappelle la dangerosité d’un jeu bien connu dans les terrains de jeux. Ce dernier lui valait d’être jeté au fond d’une rivière.

“Faire des rêves miracles”

Cette jeune fille russe de 8 ans a été convaincue par deux garçons, âgés respectivement de 11 et 13 ans, de jouer au jeu du foulard. Le principe ? Arrêtez l’oxygénation du cerveau avec cet accessoire. Ce geste permet à celui qui le subit de ressentir de l’euphorie qui peut aller jusqu’à s’endormir. Après s’être évanouie, les garçons n’ont pas essayé de la faire revivre et ont jeté son corps dans une rivière. Au-delà des jeux de terrain, les défis des réseaux sociaux peuvent également être très dangereux.

La fillette de 8 ans décédée. Source: Newsflash / Australscope

Ecchymoses trouvées sur la fille

Le corps de l’enfant a été retrouvé dans la soirée du 22 août 2020 par des passants qui ont immédiatement appelé la police. La cause du décès de la jeune fille a été qualifiée de “meurtre”, et après la découverte d’ecchymoses sur le corps de cette dernière, le starter pourrait être établi. L’autopsie a ensuite révélé que la petite fille était toujours en vie lorsqu’elle a été jetée à la rivière. Les deux garçons ont été arrêtés et le jeune de treize ans a avoué. Les enfants peuvent aussi se mettre en danger en voulant imiter leurs Youtubers préférés. C’était le cas de ce garçon de 11 ans.

Les garçons ont jeté le corps de la petite fille dans la rivière. Source: 7Actualités

Le jeu du foulard: à quelques souffles de la mort

Cité par Midi libre, ces chiffres sur ce jeu de terrain de jeu populaire sont inquiétants. Et pour cause, 40% des élèves du primaire ont joué à ce dernier au moins une fois. Cette étude publiée par la Société française de pédiatrie menée auprès des CE1 et CE2 de 25 écoles de la région de Haute-Garonne a abouti à des résultats alarmants en 2015. 71% d’entre eux connaissent au moins un jeu d’étouffement ou étranglement. 4 enfants sur 10 disent l’avoir déjà pratiqué au moins une fois dans la cour de récréation. Autre fait étonnant: ces jeux commencent à la maternelle. Si ces derniers doivent être évités, c’est parce qu’ils sont très dangereux. Emmanuelle Godeau, médecin conseillant le recteur de l’Académie de Toulouse, parle d’enfants qui arrivent inconscients ou en convulsions au service des urgences. Ce spécialiste, qui a codirigé l’étude, explique que les enfants peuvent jouer à ces jeux sans trop réfléchir. “ Pour eux, c’est la même chose que jouer à la marelle, sauter à la corde ou échanger des cartes, il n’y a aucune raison pour eux d’en parler aux adultes », dit-elle. Les sites Internet tentent aujourd’hui d’alerter les parents sur ces «jeux» qui peuvent entraîner la mort. L’Académie de Toulouse a également sensibilisé les médecins afin de pouvoir identifier les preuves de la pratique du jeu du foulard. Il en est de même pour les élèves et l’équipe pédagogique depuis 2007. Emmanuelle Godeau parle d’un enfant qui a perdu la vue pendant 30 minutes à cause de ce jeu d’étranglement. Les jeux vidéo peuvent également être très dangereux en cas de dépendance.