Licenciée par Leclerc pour l’achat d’une baguette et d’une patate durant sa pause, une caissière saisit les Prud’hommes


Selon la caissière, elle n’était pas de service lorsqu’elle a procédé à l’achat d’une baguette et d’une patate douce. Une pratique toutefois interdite par le règlement intérieur de Leclerc de Strasbourg, si la nourriture n’est pas consommée sur place. L’employé licencié pour faute grave à la mi-mars saisira le Conseil du travail.

Il y a quelques semaines, un employé du supermarché Leclerc à Strasbourg a été congédié par sa direction. Comme signalé Les dernières actualités d’Alsace (ADN), la caissière aurait acheté une baguette et une patate douce pendant sa pause.

Le caissier licencié pour faute grave

Les achats auraient été effectués entre 15 h 29 et 15 h 53 par cette employée, qui n’avait aucun moyen de paiement avec elle. La salariée aurait donc demandé à l’un de ses collègues caissiers de mettre votre panier en attente, afin d’aller au vestiaire pour gagner 4 euros et quelques euros pour payer vos courses.

Problème: deux mois après les faits, le caissier a reçu une lettre de licenciement pour faute grave. Dans cette lettre consultée par nos confrères de l’ADN, la direction de Leclerc de Strasbourg l’accuse d’avoir mené à bien ” achats personnels pendant le temps de travail “. Charges réfutées par l’employé, qui prétend avoir fait ses courses pendant sa pause.

Les achats effectués par les employés de Leclerc doivent être consommés sur place

L’employée est soutenue par ses collègues, qui affirment également que les achats ont été effectués en dehors de ses heures de travail. Alors elle a décidé de poursuivre Leclerc devant les Prud’hommes faire valoir leurs droits. Le caissier reconnaît cependant que le règlement intérieur du supermarché précise clairement que les produits achetés par le personnel doivent être consommés sur place.

Mais pour Carole Desiano, secrétaire fédérale en charge du commerce de détail à FO, la caissière a bien fait pendant sa pause. ” Un temps réservé à l’employé où jeil n’est plus attaché par sa relation de travail », Précise-t-elle àActualités Strasbourg.

La distribution coutumière à grande échelle de ce type de pratique?

Face à la polémique, Leclerc s’est justifié sur les réseaux sociaux ce mercredi 31 mars. Sur Twitter, la marque explique avoir ” nommé un expert en droit du travail Pour clarifier la situation. Le supermarché veut assurer le “ respect du code du travail “.

Pour Wilson Martinez, Secrétaire Général CGT du Commerce et des Services du Bas-Rhin, « ce genre de pratiques Est habituel dans la distribution de masse. ” Ceci est conforme à la logique de gestion de la peur auquel elle est habituée », Souligne-t-il.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *